Loading

RCPF vs St Andiol

Composition
 
 

 

 

A lire avec de l’humour car réalisé avec humour / Compte rendu de Match fait par Loric (Joueur / Coach )

Le contexte

En ce dimanche 7 mai, jour de 2e tour de l’élection présidentielle et de 1er tour de championnat de France pour le RCPF, le vent de la campagne qui avait cessé de souffler quelques heures avant le scrutin décida de se reporter sur le terrain de Gémenos. Nous précisons que plus une seule allusion à la politique ne sera faite dans cet article pour ne pas nous fâcher avec un pourcentage important de nos lecteurs.

Passons rapidement sur le trajet qui fut sans encombre pour tout le monde ou presque puisque une voiture embarquant 4 de nos joueurs dont les noms seront tenus secret par pudeur, réussit à trouver le stade après un détour à la Jonquière pour faire le plein mais également par Vintimille pour refaire le plein. Ah ! Si nous avions le contrôle de nos frontières… (Oui, pardon)

Le repas d’avant match ressembla fort au pique-nique d’une famille auvergnate sur le bord de la Nationale 7 en partance vers les plages sud pour profiter de leurs premières vacances accordées par le Front Populaire… (Pardon). Donc pour résumer : en prenant bien soin de ne pas dépenser un sou ni en autoroute, ni en restaurant mais avec le coeur en joie à l’idée de découvrir des sensations de plaisirs nouveaux et agréables après une dure année de labeur à l’usine.

Rappelons un point important : notre chère équipe des « Tamalous » se voyait privée pour l’occasion de quelques cadres importants du parti… (Pardon), dont Mathieu M, les 2 Morgan, Gaby, Serge, Gauthier, ce qui commence à faire beaucoup si l’on rajoute à cela l’absence du « Guide Suprême »… (Pardon) en la personne de Coach Walid.

Malgré cette situation, le groupe semblait confiant, sûr de lui, galvanisé par les sondages les donnant vainqueur au 1er tour…(Pardon). Bon, il faut dire qu’il n’avait surtout rien à perdre puisque la présence de Fayence dans ce championnat de France 4e série fut le fait de la non-éligibilité… (Pardon, mais c’est de pas de ma faute) de St Jean du Var pour cette compétition.

 

La composition

Composition

 

Le match

Avec un vent favorable, le début match ressembla fortement pour nos joueurs à l’état de grâce dont profitent tous les présidents fraichement élus… (Pardon). Vous savez, cette sensation de puissance, de domination que l’on peut ressentir quand tous passent ! Les touches, les mêlées, combinaisons et que dire des plaquages quand ceux-ci sont assenés aux adversaires avec autorité.

Les pauvres adversaires de St Andéol semblaient bien vite dépassés de tous côtés, contraints d’enchaîner les fautes pour éviter le naufrage. Face à une première pénalité « tentable » les hommes du canton confiants de leur forces choisirent de botter en touche au dépend de la prise des premiers points au tir. L’initiative ne fût pas couronner de succès puisque le ballon fini chez l’adversaire à la suite du lancer. Qu’importe, l’enthousiasme et l’énergie déployée durant la première mi-temps permit de maintenir les Jaune et noirs dans leur camp. La sagesse poussa l’artilleur Kévin à tenter la deuxième pénalité accessible mais celui-ci n’arriva pas à ajuster la mire. Toujours 0 à 0 malgré la domination.

L’ouverture du score par les joueurs de Fayence fut l’oeuvre du même Kévin à la suite d’une touche réduite et d’un mouvement intéressant composé de décalages sur l’aile opposée, de libérations après contacts et d’une belle passe décisive façon basketteur de notre ancien footballeur Aurélien. Kévin ne réussit pas sa transformation excentrée à droite des poteaux. 5-0 pour le RCPF. A la fin de la première mi-temps les « bouches-erronés » (Joueurs des Bouches du Rhône, selon un néologisme digne de Ségolène Royale) firent preuve de « bravitude »… (Pardon) en arrivant à un mètre de la ligne d’embut à la suite d’un énorme groupé-pénétrant. Il s’en fallu d’un cheveu qu’ils ne reviennent au score mais l’action leur donna des idées pour la suite.

En deuxième mi-temps, contraint de compenser les blessures de Fanfan et Yann et anticiper les plans de jeu de St Andéol l’entrée de joueurs plus lourds comme David, Mathieu, Sébastien et Pika devint une nécessité. Mais avec le vent dans le dos et la confiance dans ses mauls de St Andéol, le débat s’équilibre… (Pardon). Au point qu’un autre match démarre, l’arbitre corse semblant retourner sa veste tel Monsieur xxx (Enfin, vous m’avez compris, vous mettez le nom de qui vous voulez, la liste et longue). Les pénalités commencent à s’accumuler pour les Bleus qui se voient également sanctionner par 2 cartons jaunes. Le premier suite à une mêlée tournée et un départ du n°8 Saint-Andiolais, Alex fit un retour plein de détermination pour stopper sa chevauchée mais à l’entrée des 22 mètres l’arbitre jugent et sanctionne un placage haut. Exclusion temporaire et ouverture du score pour St Andéol, 5 à 3. Une fois de retour à 15, un deuxième sauvetage de Jérôme, cette fois-ci par un geste technique peu académique, une prise à bout de bras du maillot, l’homme en noir voit une nouvelle fois jaune et redonne l’avantage numérique à St Andéol. N’en demandant pas tant, les provençaux réussirent à aplatir dans l’embut grâce à leur 3e ligne aile qui échappa à la vigilance de toute la défense après un groupé-pénétrant bicéphale. Bicéphale vient du grec, comme la féta et la crise européenne… (Pardon) et signifie : deux têtes. A savoir que dans un groupé pénétrant le ballon est caché et pour la défense qui essaye de le contenir il faut se concentrer sur la masse de joueurs qui la compose et non le ballon. Le problème c’est quand le maul se scinde en deux, quel paquet choisir ? A cette question trop difficile la défense du RCPF choisit l’abstention… (Pardon). Enfin 5-8 au bout de l’action.

La fin de match fut marquée par le retour de la domination des fayençois qui multiplient les temps de jeu dans le camp adverse, qui face au vent recherche l’essai libérateur. Le coup de sifflet final est donné à la suite d’un en-avant à 5 m de la ligne suite à une passe trop forte sans doute ou un mauvais choix d’orientation ou bien un manque de concentration due à la fatigue mais surtout à cause d’une défense Saint-Andiolaise jetant ses dernières forces dans d’une bataille où elle a su réunir pour elle tous les suffrages… (Pardon)

Conclusion

Vous vous attendez maintenant à lire une dernière « punch line » à l’accent électoral…

Et bien non ! Je vous invite plutôt à repenser à cette famille de Clermont-Ferrand qui en 1936 descend sur les plages de la Cote d’Azur pour la première fois. L’image qu’ils ont en tête durant leur posedéjeuné sur un terreplein au bord de la route à l’ombre de leur SIMCA assis sur un plaid à manger un sandwich au pâté. La projection des baignades dans les vagues, leur sieste sous le soleil de la plage, leurs nuits reposantes sous une toile de tente. Cette récompense, ce plaisir après des mois de sacrifice et d’économie…

Et bien maintenant voilà leur retour et le bilan de leurs vacances : Coup de soleil pour toute la famille, piqures de moustiques nombreuses et urticantes, des cernes énormes sous les yeux à cause des voisins du camping qui ne pensent qu’à faire la fête, plus un sou en poche car tout le budget est passé dans les bouées des enfants qui sans cela se seraient noyés. Mais c’était quand bien ! Trop court et ils se promirent de refaire cela différemment l’année prochaine.

Bon tout cela pour dire que c’est la fin d’une première saison bien méritée et riche d’enseignements qui devrait servir pour la saison prochaine pour qui sait tirer les leçons du passé.