Loading

CR Ciapaccan vs RCPF

1601031_450968255028853_1209366583_n
 
 

Après un an et demi d’en-avant à 2 centimètres de l’en-but, d’essais refusés à la vidéo, de 2 contre 1 vendangés, bref après un an et demi de tartine qui tombe toujours du côté de la confiture, la chance a enfin souri à nos rugbymans qui en l’espace de 60 minutes ont marqué des essais tellement chatteux qu’on aurait presque cru que c’est Walid qui contrôlait les placements des joueurs avec une petite tablette depuis la touche.

 

Quand le varois se retrouve devant un problème, que fait-il ? Il continue à faire toujours la même chose, car il est souvent un peu bourrin mais aussi un peu con. Ce qui est chiant avec l’Anglais c’est que lui est capable de s’adapter en cours de partie, heureusement que le nôtre d’anglais était blessé, nous aurions pu mettre deux essais de plus ce qui n’aurait pas été très valeurs du rugby©. Nous avons donc joué gros, les enfonçant à chaque impac, jusqu’à les forcer à reculer.

 

Nous sommes donc accueilli par les Ciapaccan Niçois, dans de belles tenues rouge et noir avec un squelette dessus mais sans fracture dessus (étrange ?). Le terrain est un vrai terrain de rugby c’est à dire une vraie terre sans herbe bien dure au milieu du terrain avec des mottes d’herbe perdues à droite et à gauche et avec aux ailes de la bouillasse bien collante. Le terrain est donc ok pour des sorties de balles rapides, des lancements de jeu fluides, des joueurs qui avancent à l’impact !!!!

 

Après s’être fait mettre dans le bain par walid (ndr : une bonne engueulade en règle parce qu’il n’avait pas compris la chute de la blague…) nous sortons sur le terrain avec les crocs et pour une fois l’entame du match n’est pas trop mauvaise car nous perdons la première manche sur un score de 2 – 1 ( pedro ayant une stratégie bien à lui pour se faire payer des bières en offrant un essai cadeau à leur ailier en faisant une passe sautée sur ce dernier) le reste du match il se rattrapera en faisant son boulot de manière agressive et déterminée.

 

Julien a été assez déroutant avec son profil de « seconde ligne mobile », qui lui a notamment permis faire avancer son équipe. Mais il n’a donné de coups de poing à personne et n’a fait aucune faute stupide, ce qui peut donc légitimement être considéré comme une déception par rapport aux standards imposés par Dimrtri (mais on y reviendra…).

 

Nannnnn parlons-en maintenant plutôt ….

 

Notre ami est joueur adversaire portant fièrement le n°59 après avoir tenté d’assassiner dimitri, décapité julien et mettre le genou de marco dans la boîte à gant de la 106 de sa femme a été cité par la commission de discipline. Devant la commission de discipline où il écopera de trois semaines de suspension, il reconnaîtra la dangerosité de son geste , déclarera comprendre la décision de l’arbitre et proposera même d’assumer la pleine responsabilité du génocide rwandais, des dernières saisons d’How I Met Your Mother et des coiffures de Joe Marler (http://bit.ly/1h4xk14).  Vous vous dites «Chouette, toutes les conditions sont réunies pour que ça dégénère mais je coupe court au suspens tout de suite, il n’en fût rien. A la place des règlements de compte, du déchainement de violence et des insultes pleines d’aigreurs, Dimitri a préféré échanger des amabilités et s’amuser de la situation, un exemple pour tous ;)

 

La deuxième mi-temps se déroule durement avec des ciapaccans bien décidés à montrer qu’ici c leur terrain. Ils y mettent du courage, mais les nôtres font preuve d’un courage et d’une volonté intéressante. A de nombreuse reprise, nous les repoussons à 5 mètres de notre ligne mais pas trop histoire de leur laisser espérer. A noter la belle entrée d’Eric qui avait pris avec lui sa carte pokémon option grand large et prise d’intervalle. Bravo.

Franck et marco, jaloux tenteront de vérifier s’ils avaient gagné un niveau et acquis la compétence « cape d’invisibilité » chère à Richie McCaw, en s’étalant en plein milieu d’un ruck pour empêcher le 9 adverse de sortir le ballon. Malheureusement, la réponse est non.

 

Si on en croit la très sérieuse science qui consiste à définir des personnalités selon les prénoms, les alex sont des gens agréables, qui dégagent une impression de force et un certain magnétisme (surtout s’ils possèdent un chemin de vie 8 et qu’ils sont nés un 17 ou un 26) le nôtre a en plus des jambes…. que demander de plus ???? Qu’ils fassent des passes vrillés de 20 mètres faut pas déconner non plus, il court prend des intervalles et marques, c’est déjà pas mal……

Au passage on notera qu’il n’y a pas eu scandale (http://bit.ly/1l4I9ny) mais l’unanimité du banc de touche sur la note artistique de 9,5 après  la tentative de prise de judo d’un david Douillé anorexique consistant en un demi-tour sur soi avec coup de rein et jeté dans le grillage…. Les juges russes auraient bien mis un 10 mais il n’y a pas eu de plantage de front dans la barrière, cependant le juge vincent clerc n’a pas trouvé cette figure trés valeurs du rugby© (lui ayant réussi sa tentative de meurtre sur le genou de vincent : http://bit.ly/1hdwwpq).

 

Xavier est un demi de mêlée comme il en existe peu, il n’a encore manqué de tuer personne. Pire, Xav n’est qu’amour. Que fait-il dans cette catégorie alors, vous demandez-vous ? Et bien, comme les valeurs® l’exigent, «l’esprit rugby» ne s’arrête pas aux limites du terrain, mais en tant que fouine et petite pute officielle du RCPF il a mis de côté son côté glamour (pas plus de 5 min faut pas déconner non plus, il est surnommé petit choux quand même) pour ridiculiser un gros adverse ayant des soucis aux genoux et ne pouvant pas se baisser en dessous du 1,20 m de son tour de taille et sachant que xav en fait bien 10 de moins…, il se faufila entre ses jambes et alla mettre l’essai mais sans y laisser son épaule cette fois, une performance.

 

Pendant la troisième  mi-temps, dans un élan de lucidité (?), david décide d’oublier un 14 contre 1 du côté gauche pour s’engouffrer dans un mouchoir de poche à environ plus ou moins 20 centimètres du dernier ruck, nous permettant ainsi de gagner de précieux centimètres et d’étirer ainsi une défense déjà bien centré pour se traîner ensuite, mais avec fierté, dans la boue 1 mètre après avoir passé la ligne d’avantage. A sa décharge il avait l’envie, la rage, l’oeil d’un zidane, l’oeil du tueur ou de la personne qui aurait peu apprécié d’arriver au McDo au moment de sa fermeture et donc de s’en voir refuser l’entrée.  Encore une fois, comment ne pas comprendre son envie, sa frustration ? On l’a tous vécu au moins une fois ce moment où, complètement ivre, seule la perspective d’un bon gros Big Mac suffit à nous maintenir debout et à peu près conscient. Combien d’entre nous se sont retrouvés, les bras ballants, les paupières mi-closes devant les portes désespérément fermées du fast- food. Avec toujours cette vision cruelle des lumières allumées et des employés qui s’activent pour nettoyer avant l’ouverture du lendemain. Comme un soir de finale pour l’ASM, le Graal parait soudain à la fois si loin et si proche…

 

 

A noter aussi le superbe plongeon de JC dans l’en-but d’un Jean-luc lahaye en maillot de bain pour l’émission Splash sur TF1 : http://bit.ly/1mxORV0 , mais aussi un JD qui enclencha le mode « bullet time » pour mettre une feinte de passe au ralenti à son adversaire direct pour réussir à le passer et se tourner vers les tribunes pour remercier son public en folie et ne pas voir la traître bouillasse qui mis fin à ses rêves de gloire.

 

En somme le match fût le résultat de dur labeur qui se soldat par un timide mais important « bravo les gars » d’un walid exaspéré par notre non volonté de se mettre en W dans ligne de ¾, mais à leur décharge on pensait que walid cela s’écrivait Oualid. (comprendra qui veut bien, mais en même temps vu que personne n’a lu jusque-là, j’ai droit de me faire un private joke ;)